Après plusieurs mois d’attente pour le territoire nazairien, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance Bruno Le Maire a annoncé ce soir, lors d’une réunion avec des acteurs politiques du territoire, la fin de l’accord avec Fincantieri.

« L’avenir des Chantiers de l’Atlantique est un sujet prioritaire pour le Gouvernement et la majorité présidentielle. En tant que députée élue à Saint-Nazaire, j’alerte régulièrement la présidence de la République et le ministère de l’économie sur le devenir de ce fleuron industriel.
Je salue et me satisfais de l’abandon de la piste Fincantieri ; j’avais exprimé auprès du Gouvernement ma réticence sur l’hypothèse de rachat par l’entreprise italienne.
Des enjeux importants de souveraineté industrielle président à cette décision.
La nationalisation des Chantiers de l’Atlantique par le président de la République et la bonne santé financière de l’entreprise (le carnet de commande est rempli jusqu’en 2030 !) nous permettent d’envisager l’avenir des Chantiers de l’Atlantique avec sérénité.
Il faut désormais investiguer d’autres pistes. Une solution plus pérenne doit être retenue. Le futur repreneur devra soutenir une vision de l’industrie navale innovante au service du tissu industriel local. A l’avenir, gardons à l’esprit qu’il est primordial de conjuguer l’impératif de sauvegarde de notre industrie avec un autre impératif, celui de protéger notre savoir-faire et notre expertise qui font la fierté de Saint-Nazaire et de la France. Pour ce faire, le Gouvernement doit établir avec les acteurs du territoire un cahier des charges permettant d’objectiver avec précision les conditions de sélection d’un futur repreneur.
En lien avec les parties prenantes de ce dossier (les syndicats, les entreprises sous-traitantes, les acteurs publics…), je continuerai d’exercer ma vigilance sur les différentes options qui seront mises sur la table. »

Audrey Dufeu le 27/01/2021