En déplacement, le Ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin a annoncé le 6 septembre 2020 qu’il menait une réflexion sur l’interdiction du protoxyde d’azote, gaz hilarant très prisé des jeunes.

Protoxyde d’azote : un produit dont la consommation progresse

Normalement utilisé pour un usage médical ou culinaire, le protoxyde d’azote est progressivement détourné de ses usages traditionnels pour être utilisé à des fins récréatives. Ce produit n’est pas sans conséquence sur la santé, la MILDECA a alerté fin 2019 de la forte hausse du nombre de signalements d’effets sanitaires graves, avec atteintes du système nerveux central et de la moelle épinière chez les 18-34 ans.

En raison de son usage domestique, ce produit, sous sa forme de cartouches pour siphon culinaire, est librement accessible, et sans limite, en supermarché ou sur internet. Une étude de l’OFDT souligne que le protoxyde d’azote est la deuxième substance psychoactive la plus consommée après le cannabis chez les étudiants.

La lutte contre les addictions : un combat de la députée

Audrey Dufeu est mobilisée, depuis le début de son mandat, dans la lutte contre les addictions.

Elle a réagi aux annonces du Ministre de l’Intérieur :

« Je félicite l’intention d’agir pour lutter contre le développement de cette pratique.  Cette mesure fait écho à mes travaux sur la protection des jeunes vis-à-vis des pratiques addictives. La France doit améliorer sa politique de lutte contre les addictions, une réflexion sur l’interdiction de ce produit va dans le bon sens, en effet, c’est la facilité d’accès qui a permis son fort développement ces dernières années et il faut agir pour protéger les jeunes. »

Audrey Dufey le 07/09/2020