Question à Bruno Lemaire sur l’avenir du chantier STX

Lors des questions au gouvernement du 2 Août 2017 j’ai posé une question à Bruno Le Maire, ministre de l’économie

Question :

Ma question s’adresse au ministre de l’économie, M. Bruno Le Maire.

Les chantiers navals de Saint-Nazaire, acteur mondial de la construction maritime, conçoivent et construisent des paquebots et des navires militaires d’exception comme l’Harmony of the seas, le Queen-Mary 2 ou les deux Mistral.

Ces chantiers s’inscrivent dans notre histoire. Ils s’inscrivent dans notre culture industrielle locale et nationale. Je suis née à Saint-Nazaire, j’y ai grandi et je suis honorée d’être la députée de la circonscription qui abrite ce savoir-faire unique au monde
Je sais combien les Nazairiens sont fiers de leurs bateaux.

Les Français sont attachés à l’excellence de ce bassin industriel. Les Européens connaissent aussi la capacité des chantiers navals de Saint-Nazaire, parce que cette pépite de la construction navale réalise des prouesses technologiques. C’est un vivier d’innovations, notamment dans l’offshore avec la création d’une filière industrielle tournée vers la transition énergétique.

STX, c’est 2 600 salariés et plus de 5 000 personnes employées en sous-traitance, qu’il faut aussi rassurer. L’État a fait valoir son droit de préemption sur la vente de STX. Je salue, comme la majorité de nos concitoyens, cette décision courageuse et responsable.

L’enjeu est de taille : préserver les emplois, veiller aux intérêts stratégiques de la France, maintenir les équilibres avec de futurs repreneurs et nous assurer que notre maîtrise technologique restera bien nationale.

Monsieur le ministre, pourriez-vous préciser la ligne rouge qui ne devra pas être franchie dans le cadre de la négociation en cours ? Aux côtés de nos amis italiens, seriez-vous favorable à l’entrée au capital de partenaires locaux adossés, le cas échéant, à un actionnariat salarié, voire citoyen ? Enfin, comment souhaitez-vous renforcer la coopération militaire navale franco-italienne et plus largement européenne, par le biais des chantiers de Saint-Nazaire ?

Réponse du Ministre :

Monsieur Bruno Le Maire :
Madame la députée, la semaine dernière, avec le Président de la République, avec le Premier ministre, nous avons pris la décision d’exercer le droit de préemption de l’État sur les chantiers de Saint-Nazaire et sur la société STX France.
Nous l’avons fait pour préserver les intérêts stratégiques de la nation française, pour préserver notre savoir-faire, pour préserver les emplois sur les chantiers de Saint-Nazaire. Cette décision, nous la revendiquons et nous l’assumons.
Maintenant, notre objectif est de construire un parc d’actionnaires qui garantisse l’activité des chantiers sur le long terme, qui garantisse l’emploi et qui garantisse, comme vous l’avez dit, un savoirfaire exceptionnel, unique en Europe, à Saint-Nazaire.

Pour cela, nous allons réfléchir à un nouveau pacte d’actionnaires. J’ai eu l’occasion d’en discuter hier avec nos amis italiens à Rome, en leur redisant que la société Fincantieri était la bienvenue dans le cadre d’un pacte équilibré sur les chantiers de Saint-Nazaire.

Et les salariés ? Bien sûr qu’ils sont les bienvenus dans ce pacte d’actionnaires, parce que si SaintNazaire est puissant, c’est d’abord grâce à leur savoir-faire et à leurs talents.
Nous voulons ensuite – c’est notre objectif stratégique avec le Président de la République et le Premier ministre – bâtir un grand champion industriel naval européen dans le domaine civil et, avec la ministre des armées qui y travaille depuis plusieurs mois, dans le domaine militaire avec nos amis italiens.
C’est bien cela, l’objectif : dans un monde de plus en plus compétitif, où la construction navale demande de plus en plus de savoir-faire, de compétitivité, nous voulons avec nos amis italiens bâtir dans le domaine naval l’équivalent d’Airbus dans l’aéronautique, pour que nous ayons le plus grand champion mondial de la construction navale civile et militaire